La mémoire de Babel – Christelle DABOS (La Passe-Miroir Tome 3)

La mémoire de Babel de Christelle Dabos est une proie particulière puisque, s’il s’agissait de ma deuxième lecture pour le Primtemps de l’Imaginaire, c’est aussi le troisième volet de la Passe-Miroir et… Je n’ai pas chroniqué les deux premiers. (Bravo ^^) Je le ferai, sans doute dès que la suite viendra faire un tour du côté de mon désert, dès que j’arriverai à l’attraper et surtout, quand j’aurais tout relu depuis le début. (pour mon plus grand plaisir :D)

« Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ? »

Fidèle aux précédentes, la couverture dévoile le lieu principal de l’histoire : le mémorial de Babel, ancienne école des esprits de famille, rien que ça ! Mine de rien, ce mémorial est une tour, « la tour de Babel »… Ça me rappelle comme un petit quelque chose… En plus elle penche.
Le résumé ne m’a pas spécialement emballé, surtout le mot « morfond ». Lui, il m’a même refroidi et la suite ne m’a pas rassuré. Mais bon, un résumé ne fait pas un livre alors j’ai haussé les épaules, et j’ai tourné la page. Pourtant, les « adversaires toujours plus redoutables »… Bref !

Dans l’édition Folio on nous avait une nouvelle fois donné le premier chapitre du roman dans le précédent (ce que je trouve cruel, car ça nous met terriblement l’eau à la bouche), donc, je savais déjà que miss Ophélie s’était retrouvée coincée sur son arche natale pendant un bon bout de temps. Mais comme on venait la chercher à la fin du chapitre, je ne m’étais pas attardée sur cette situation. Pourtant, que notre héroïne passe plus de deux ans sans presque rien faire… Au final, ça me chagrine un peu, d’où ma réaction au mot « morfond ». Je comprends qu’elle n’ait pas pu reprendre son activité de gardienne de musée, mais après tout ce qu’elle avait traversé, je l’aurais imaginé moins passive. On parle quand même d’une jeune femme qui a flirté avec le danger, voir la mort pendant deux livres, qui a tenu tête à un esprit de famille du genre très instable, a dû gérer un changement de vie pour le moins brutal, … Et qui ne s’en était pas trop mal sorti. De plus, si sa relation avec Thorn avait pas mal évolué, je ne m’attendais pas non plus à ce qu’elle se retrouve si démunie en son absence. Cela m’a donné l’impression de revoir l’héroïne du tout début, comme si ses épreuves ne lui avaient finalement pas appris tant que ça. Une petite pointe de déception, donc, surtout que cette impression se prolonge bien au-delà du premier chapitre…
De manière globale, j’ai moins apprécié ce tome que les précédents. Cette nouvelle arche était pourtant prometteuse et notre héroïne avait eu le temps de s’armer pour la suite. Mais une fois sur place, elle se retrouve aussi perdue que nous : dommage. J’ai eu l’impression de la voir subir les événements et même si je comprends parfaitement le délai nécessaire à l’avancée de son enquête, elle m’a semblé longue… La passe-miroir n’a jamais été un livre au rythme soutenu, mais il y avait toujours cette menace sous-jacente que j’ai trouvée atténué, plus lointaine ou mineure ici

Mon problème vient peut-être aussi des personnages secondaires. Il y en a de nouveaux, tout aussi bien construits, mais j’ai passé deux livres à découvrir les précédents, je me suis attaché à eux et leurs propres intrigues se mêlaient de plus près à celles d’Ophélie. Je me suis sentie orpheline par leur absence brutale, les nouveaux venus n’ont pas réussi à me faire oublier Roseline, Bérénilde, Archibald, Renard, Gaëlle… Heureusement, la jeune Victoire était là pour nous ramener de temps en temps auprès d’eux. Ah ! Victoire ! En voilà une petite fille qui m’intrigue ! ^^
Heureusement aussi, Thorn finit par réapparaître. Tardivement, mais fidèle à lui-même. Ça veut dire qu’on l’attend depuis une plombe et qu’il nous refroidit la joie des retrouvailles en un seul regard ! C’est tout le Pôle qu’il a dans les yeux, ce monsieur-là ! Le pôle nord, j’entends. ^^ Notre stalactite préférée relance l’allure normale de la passe-miroir et remet notre héroïne sur les rails : merci ! Enfin, j’ai quand même eu une poussée de violence envers Ophélie après son retour, parce que bon, qu’elle ne comprenne pas la question de son mari une première fois, ok, mais la deuxième…

Bilan plutôt mitigé, donc, mais j’attends quand même le prochain départ avec impatience. ^^ On a appris pas mal de choses, mine de rien… (lisez, je ne parlerais pas ^^)J’ai particulièrement apprécié le nom de dieu et ce qui s’y rattache ; j’ai beaucoup aimé l’entrée en matière de la jeune Victoire ; j’ai envie d’en savoir plus sur les personnages, sur dieu, les esprits de famille et ce mystérieux « autre » ! Et puis on me promet un duo de choc en plus ! La passe-miroir a un univers riche et travaillé, je bave d’avance en imaginant tout se révéler enfin ; je ne doute pas d’assister bientôt à la mise en place des ultimes pièces du puzzle, ni du fait qu’elles s’imbriqueront parfaitement. Mais pourquoi j’ai commencé à lire avant que le dernier livre ne soit sorti ? ^^

D’autres avis ?

8 thoughts on “La mémoire de Babel – Christelle DABOS (La Passe-Miroir Tome 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s