Lum’en – Laurent GENEFORT

Ah- ah ! On retourne dans l’espace ? Ne vous en faites pas, on va faire une jolie escale ! Le plan de route est juste en dessous. C’est partit ! ^^

«La vie intelligente sur Garance apparut cent mille ans avant que la planète ne porte ce nom. Cette vie-là n’était pas humaine, ni même organique. Lum’en était unique en son genre…» Imaginez une étoile avoisinant sept dixièmes de masse solaire… Si vous levez les yeux, il se peut que vous aperceviez son éclat blanc-jaune sur la face antérieure du bras spiral d’Orion, à sept mille parsecs du centre galactique. Le système de Grnc.mld1 compte six planètes : cinq telluriques et une gazeuse. De ces six planètes, Garance est la seule qui évolue dans la zone d’habitabilité. Lum’en relate la colonisation de Garance, une planète comme tant d’autres, du moins en apparence… L’histoire de ces femmes, de ces hommes rudes lancés à la conquête d’un monde, le récit des luttes de ces pionniers qui, au fil des générations, vont écrire la plus exceptionnelle des aventures, la plus terrible, aussi, celle de l’ancrage, du développement puis, inéluctable, du déclin d’une colonie dans les confins. L’essence même de la nature humaine, en somme, la quête d’horizons nouveaux. Quitte à rater l’essentiel… »

Commençons tout de suite par la couverture, parce que j’adore débuter une chronique avec un point négatif. Non, je plaisante, quoi que… Je ne la trouve pas vraiment à mon goût, mais c’est totalement suggestif. Elle me renvoie aux vieux livres contenus dans l’immense bibliothèque de science-fiction de mon papa… Oui, j’avais un papa fan de science-fiction, du temps où je n’étais pas encore né, mais bref, je ne vais pas vous raconter ma vie (même si j’ai déjà bien commencé ^^). Du coup, elle n’a pas vraiment fonctionné sur moi, mais je ne doute pas que d’autres l’apprécieront. On y retrouve bien les éléments importants de l’histoire, dommage qu’il manque les personnages et surtout la faune locale que j’aurais adoré voir illustré. (vive les pilas ! ^^)
Heureusement, le résumé m’a beaucoup plus séduite. Le résumé et la chronique d’Eleyna. ^^ Pourtant, après lecture, je réalise que je n’avais pas été assez attentive sur la fin qui s’allie à merveille à la conclusion de l’ouvrage. Ça n’a pas gêné ma lecture ni freiné mon envie de la commencer, ça aurait juste pu l’encourager davantage. 😉

L’ouvrage se découpe de manière un peu particulière. Il s’agit bien d’un seul et même roman, mais scindé en plusieurs histoires, toutes précédées d’un petit aparté qu’en premier lieu… J’ai pris pour un prologue. ^^ « Prologue » qui promettait un point de vue tout à fait inédit (du moins pour moi) et plutôt séduisant. Car la vie sur Garance bénéficie d’une drôle d’observatrice, que je vous laisserai découvrir, mais qui m’a donné l’impression que la planète elle-même me racontait son histoire. J’ai aimé la retrouver entre chaque partie : elle fait non seulement office de fil conducteur, mais elle permet également de tirer une conclusion sur l’ensemble du livre.
Lum’en est à la recherche d’échanges avec une civilisation (parce que bon, elle est  en contact avec des verres qui lui rendent bien service, mais niveau conversation… ^^), Et elle prend donc l’arrivée des hommes sur Garance comme une sacrée aubaine. Elle détient d’ailleurs des réponses qui intéresseraient certainement les colons, mais prendront-ils le temps d’observer, d’écouter suffisamment pour déceler sa présence ?
À travers elle, nous suivons la colonisation de Garance, de ses débuts à sa fin, à travers six histoires qui en marquent les étapes. Je pensais plonger dans un récit qui s’arrêterait, au moins au commencement, sur les joies de l’exploration d’une nouvelle planète, avec sa faune et sa flore mystérieuse. L’auteur a fait le choix de ne pas s’attarder sur cet aspect (du tout) et je reconnais que malgré le bon moment de lecture que j’ai passé avec Lum’en, ce côté-là m’a manqué ; c’est sans doute en partie pourquoi j’ai adoré qu’il laisse un peu la parole aux pilas. Bon, on sent quand même les espoirs coloniaux des nouveaux arrivants, au moins au début, mais, d’après-vous, qu’arriveraient-ils si on laissait tout un groupe d’humain à la surface d’une planète qui ne leur est pas vraiment compatible ? En quoi croiraient-ils ? Comment surviraient-ils ? Comment est-ce qu’ils s’organiseraient ? Chercheraient-ils à s’adapter à leur nouvel environnement ? Où, au contraire, le détruiraient-ils sans vergogne pour le simple profit ? Capitalisme ? Manipulation ? Rébellion ? Attentats ? Heureusement aussi, peut-être, parfois, un peu plus de bienveillance. 😉

Normalement, je devrais vous parler des personnages, mais puisqu’ils diffèrent à chaque étape, je ne suis pas certaine que ça aurait beaucoup de sens. À part l’un d’entre eux qui s’offrira un petit clin d’œil appréciable au passage suivant, les personnages resteront tous cantonnés à leur histoire, ce qui, pour quelqu’un d’habitué à les suivre sur tout un récit, peut avoir un côté frustrant.  Je m’étais attaché à certains, j’en voulais plus ! 😥 ^^ Heureusement, et même s’ils n’auront droit qu’à une histoire en tant que héros principaux, les pilas, eux, seront toujours dans les parages. Les pilas ! Qu’est-ce que c’est qu’un pilas ? C’est une petite créature arboricole, mi-pieuvre, mi-araignée (ils ont des petites ventouses ❤ ^^) qui communique avec un système de couleur et qui possède une dose certaine de bienveillance, d’innocence (malheureusement pour eux), et un véritable potentiel en matière d’évolution ;). Inutile de préciser que les colons souffriront de la comparaison… Et qu’ils vont les tyranniser, en plus de, volontairement, les faire cataloguer au rang de simples animaux afin de pouvoir garder la mainmise sur leur planète. :/ Bon, pas tous, il y aura quand même quelques bonnes âmes pour leur tendre la main. 😉 Ces bonnes âmes sont d’ailleurs mes personnages préférés, avec les pilas. ^^

Bilan ? J’ai beaucoup aimé ce livre et le point de vue par lequel il nous est raconté. Il me manque le côté exploration, mais malgré des histoires courtes auxquels je ne suis pas accoutumée, j’ai su m’attacher aux différents personnages, et aux créatures natives de Garance. La conclusion m’a ravi, je l’ai trouvé non seulement logique, mais juste, belle aussi, tout simplement. Une chouette lecture !

D'autres avis ?

La Bulle d'Eleyna
Les lectures de Xapur
Lorhkan
Advertisements

One thought on “Lum’en – Laurent GENEFORT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s