Les fiancés de l’hiver – Christelle DABOS (La Passe-Miroir Tome 1)

Ça y est, enfin ! Tout au bout du désert, la superbe couverture rouge du quatrième tome de la Passe-Miroir est en vue ! Bon, encore un peu de patience… Mais comme je n’en ai pas tellement, c’est l’occasion de replonger dans les premières més-aventures d’Ophélie, et, surtout, de vous donner mon avis sur les deux premiers livres !

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.»

Compliqué de revenir sur une couverture quand on avait déjà lu l’ouvrage. Alors que dire ? La première d’une série ? Le lieu emblématique où débute vraiment cette magnifique histoire ? Une couleur bleue qui évoquait peut-être le froid du pôle ? Simple, mais efficace, et j’aime beaucoup cet effet de suite. Une illustration sur laquelle je suis parfois revenu en cours de lecture, pour chercher la fenêtre à laquelle se penchait l’héroïne, la tour où se déroulait tel ou tel passage : on voyage dès qu’on pose les yeux dessus !
Je n’avais pas lu le résumé la première fois. J’avais lu les chroniques de Symphonie et d’Eleyna ! ^^ Du coup, j’avoue, avec un peu de honte, que je le découvre aujourd’hui. En me projetant un peu, beaucoup, je pense qu’il aurait eu toutes les chances de fonctionner sur moi. Intrigant, court, fidèle, et encore une fois : efficace.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que je suis toujours aussi emballé par les fiancés de l’hiver ! J’ai replongé avec délice dans l’histoire, et de nouveau, je l’ai dévorée en deux jours ! Un univers décidément rafraîchissant. Des fragments de monde qui flottent dans le ciel, avec à la tête des plus grandes, des esprits de famille auréoles de mystère, de la magie partout, sous bien des formes, et surtout, sous des formes que je n’ai pas l’habitude de voir. Des maisons vivantes, des meubles, des objets qui bougent et peuvent être dotés de mauvais caractère. On commence fort dès le début, et c’est peut-être cette magie-là qui offre à cette histoire sa place dans les rayons jeunesse : pour cette jolie dose d’émerveillement qui ne m’avait plus traversée depuis Harry Potter. Quoi que… attendez-vous tout de même à plonger dans un monde plus dur. Toutes les arches ne sont pas Anima, et c’est bel et bien vers le Pôle qui vole très vite Ophélie…
Changement de décor ! Et le choc est plutôt radical. Non, je ne parle pas seulement du froid (mais quand même, un petit -25, c’est vivifiant ! ^^) La légèreté, la bienveillance d’Anima ? On oublie ! Place aux complots, aux sourires de façades, aux alliances et trahisons. Dans un premier temps, notre héroïne sera maintenue éloignée de cette bien dangereuse cour, mais sa belle-famille et son glacial fiancé suffiront largement à nous tenir en haleine. Puis, direction le clairdelune ! C’est parmi le petit peuple que nous découvrirons ce nouveau cadre, parmi les sans-pouvoirs, les serviteurs, et une chose est certaine, leur quotidien n’est pas de tout repos ! J’ai rapidement compris que la couverture d’Ophélie nous offrait un point de vue de premier choix, il permet à notre héroïne, et donc, à nous, d’apprendre bien des choses sur l’univers et les gens qui l’entourent, sans être plongés directement dans les manigances. Du moins, au début… Car à la fin de ce premier tome, nous quitterons cette position protectrice.
L’un des gros points forts de la passe-miroir reste pour moi son incroyable richesse. Nous partons d’une arche familiale, gouvernée par un esprit de famille plutôt bienveillante, pour atterrir dans un lieu complètement différent, centré sur la rivalité. Il faut rester dans les bonnes grâces du dangereux Farouk, esprit de famille bien plus instable que sa sœur Artémis. Sur Anima, tout le monde est un peu cousin, et la magie reste pratiquement la même d’un individu à l’autre : on anime les objets. Bien sûr, certains sont liseurs, d’autres négligent ce pouvoir jusqu’à le voir disparaître, et il y a aussi le cas des très rare passe-miroir, mais dans l’ensemble, on naît égaux. Au pôle, la famille se divise en clans, et la magie en plusieurs branches. On écharpe (^^) à distance, on cache la misère derrière de charmantes illusions, et tout un tas d’autres joyeusetés… Je ne vais quand même pas tout vous dire ! Mais une chose est certaine, la notion de famille, vous pouvez oublier !

Le deuxième gros point fort, ce sont les personnages ! Ils sont complexes, intrigants, hauts en couleur, variés ! Si vous le voulez bien, on va commencer par Ophélie. 🙂

Une héroïne ! Youhou ! Et en plus, elle ne ressemble à rien ! Non, elle n’est pas moche ! Mais elle est vraiment très ordinaire, tant sur le plan physique que mental, et du coup, il est très facile de s’identifier à elle. Ophélie diffère des autres personnages centraux féminins que j’avais pu croiser avant elle. Elle n’est pas d’une sublime beauté, ni dotée de capacités extraordinaires. Ophélie ressemble à une brindille toujours enrhumée et maladroite, fagotée à la hâte, timide au possible, et qui, à la première occasion, se terrera au fond d’une grotte, ou plutôt de son musée, loin de tout le monde. Et pourtant, elle est loin d’être aussi faible qu’elle pourrait nous le faire penser au premier abord. Elle va quitter sa famille, son monde au grand complet, se retrouver sur une arche hostile, fiancée de force à un iceberg géant et plongée dans les intrigues ; le tout, sans jamais craquer ! Une belle preuve de courage ! Ophélie, en plus d’être une animiste, a conservé sa capacité de lire le passé des objets, et elle est plutôt douée vu qu’elle est capable de remonter jusqu’à la création de ce qu’elle touche. Elle possède également un autre atout : elle passe de miroir en miroir, affrontant son propre reflet pour se déplacer à travers les surfaces où elle s’est déjà reflétée. Et surtout ! Elle ne tombe pas éperdument amoureuse et dépendante du premier mâle qui passe ! Merci, Ophélie ! Merci ! Bon après, c’est vrai aussi que Thorn est légèrement frigorifique…
Thorn, c’est le charmant prétendant ! Oui, c’est de l’ironie… car autant vous dire qu’il ne vend pas du rêve, le monsieur ! ^^ Grand, voir interminable, aussi chaleureux qu’un glaçon, pâle comme un mort, légèrement défiguré, le savoir-vivre d’un, d’un rustre ? Il est ravi du mariage à venir ! Re-ironie. ^^ Il aurait surtout réussir à faire fuir n’importe qui, sauf Ophélie, qui elle, est coincée. Pas de bol ! Thorn est un homme taciturne, strict, entièrement dévoué à son travail. Il est l’intendant du pôle, et tout le monde le déteste ! Et pourtant, c’est un personnage riche et finalement attachant à ses heures. Il cache une histoire terrible derrière son éternelle rigidité, et j’ai adoré le découvrir, lui et ses tocs. C’est vraiment un personnage emblématique, je l’aime beaucoup.
Roseline est la marraine d’Ophélie, chargée de l’accompagner au pôle et de la chaperonner jusqu’au mariage. Bien plus proche de son parrain qui travaille aux archives familiales, la jeune fille découvrira cette marraine en même temps que nous. Les premiers temps seront plutôt froids, mais l’attachement et le respect naîtront au fil des pages, tandis qu’elles se découvriront l’une l’autre. Roseline est le médecin des livres, et elle ne peut s’empêcher de réparer toutes les pages qui passent à sa portée. C’est un personnage surprise pour moi, car je ne pensais pas m’y attacher.
Sitôt débarqué au pôle, nous découvriront Bérénilde, la tante de Thorn, et la seule famille dont il est vraiment proche, malgré une « charmante » grand-mère, un demi-frère, une demi­-sœur, et tout un tas de gens « merveilleux » que je vous laisserais la « joie » de découvrir ! (on l’aura compris, j’adore l’ironie ! ^^) Bérénilde a plusieurs visages. Encore un personnage bien complexe ! On l’aime, on la déteste, on l’aime à nouveau, plus fort encore, mais on garde quand même une pointe de méfiance. Je me suis souvent questionnée sur ses intentions, est-ce qu’elle souhaite vraiment protéger Ophélie ? Se servir d’elle ? Hm… Allez lire ! ^^
Tellement de personnages qu’il est malheureusement impossible de parler de chacun en détail, mais impossible de ne pas évoquer Archibald, un noble qui sort vraiment du cadre ! Sa distraction favorite ? Mettre toutes les femmes dans son lit ! Et il est très honnête sur le sujet ! Très honnête tout court… Dans les basses sphères, Ophélie trouvera le soutien de Renard. Pas vraiment désintéressé, ce charment valet lui apprendra les ficelles de son métier et se révélera un guide et un ami des plus précieux. C’est lui qui nous présentera Gaëlle, la mécanicienne, une femme qu’il convoite depuis des années. ^^ Et autant vous dire que cette femme nous cache des choses… Oh ! J’ai failli oublier l’écharpe ! Oui, l’écharpe d’Ophélie est un personnage ! Plutôt félin d’ailleurs ! Elle la suit partout, s’entortille à sa propriétaire comme un serpent et déteste qu’on l’abandonne ! Un coup de génie que cet objet du quotidien faisant office d’animal de compagnie ! Un régal !

Bilan ? Une histoire rafraîchissante et addictive à souhait, pas remplie d’action au sens où on l’entendrait, mais riche en rebondissements, à tel point qu’il paraît impossible de s’ennuyer. Allez lire ! Vite ! Il ne faut surtout pas passer à côté ! Mais achetez peut-être les quatre tomes d’un coup, car une fois commencé, c’est une torture de s’arrêter !
Je n’aurais qu’une dernière chose à dire : merci Cricri pour ce joli bijou !

D’autres avis ? (Je n’en mets que quelques-uns, vous n’aurez aucune difficultés à en trouver d’autres 😉

4 réponses sur « Les fiancés de l’hiver – Christelle DABOS (La Passe-Miroir Tome 1) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s